Vernon 2 000 fichiers pédopornographiques dans son ordinateur : 18 mois avec sursis pour le trentenaire

Un habitant de Vernon de 37 ans a été condamné à 18 mois de prison avec sursis. Plus de 2000 fichiers pédopornographiques avaient été retrouvés dans son ordinateur.

17/02/2017 à 17:43 par Administrateur

Le tribunal correctionnel d'Evreux a condamné<br />
le Vernonnais à 18 mois<br />
de prison avec sursis. -
Le tribunal correctionnel d’Evreux a condamné le Vernonnais à 18 mois de prison avec sursis. –

David, 37 ans, un Vernonnais célibataire, est en « suivi psychologique » depuis la découverte des faits : il prétend que ces 2 000 fichiers pédophiles et pornographiques se sont trouvés dans son ordinateur… accidentellement. Mais, c’est promis : il ne recommencera plus.

Des images atroces

Le 15 juin 2016, l’office central de la traque de ces abus détecte sur Internet, ces 73 fichiers à caractère pornographique avec des enfants mineurs (à partir de 6 ans). Ces services spécialisés dans la recherche identifient l’internaute qui les a mis en « partage » avec d’autres délinquants utilisant ces réseaux. Saisies des ordinateurs, repérages des « échangeurs », David est interpellé, ne nie rien mais prétend avoir « cessé depuis longtemps ».

Pourtant, les échanges qu’il dit « accidentels » ont été stockés « sans penser à mal » et cela a continué…

« Des images atroces ! Quand on voit arriver des horreurs pareilles, on ne peut pas continuer à les mettre sur un fichier ! Comment peut-on continuer à télécharger cela… par erreur ? » s’insurge la présidente, Marie-Christine Devidal.

Le prévenu a avoué « jusqu’à 100 et 120 fichiers » chargés le même jour…

Alors s’instaure une discussion nébuleuse sur la malchance d’être tombé sur une « mule » (un logiciel chargé sur ordinateur). Une tentative d’explication qui n’aboutit à rien pour la défense du présumé pédophile. Le psychiatre n’aura découvert aucune « anomalie majeure », juste des difficultés de contact avec la gente féminine qui laisse l’homme dans le célibat. Ce dernier se dit conscient de la gravité de l’affaire et s’apprête à régler la facture pénale.

18 mois de sursis et obligation de soins

Le substitut Étienne Garrigue de Survilliers souligne l’utilisation de « mots-clés » pour ces fichiers, ce qui ne laisse pas place au hasard.

À disposition du réseau, le partage de ces images n’a plus de limite. Photos et vidéos, dit-il, au nombre de 2000 fichiers ne peuvent pas être involontaires.

On y trouve jusqu’à des viols d’enfants très jeunes, de « vrais enfants violés par des adultes », martèle le magistrat.

Comme le prévenu était inconnu de la justice et des services d’enquête, un « avertissement fort » lui sera adressé par le sursis avec une mise à l’épreuve.

Me Agnès Winkler-Gouin plaide ses difficultés de rencontres féminines. « Devant son ordinateur, il se croyait seul au monde en passant d’abord par les mangas », explique la défense. Il s’est trouvé amené à regarder ces vidéos qu’il a même dit écœurantes avant de les effacer, explique l’avocate qui rappelle les soins entrepris, le contrat de travail, le grand respect et la gentillesse de son client. Il a compris sa dérive », assure-t-elle.

La peine prononcée sera celle demandée de 18 mois de prison avec un sursis et mise à l’épreuve de deux ans.

Les obligations sont de soins et d’interdiction de toute activité ou contact avec des mineurs.

Tout ce qui a été saisi est confisqué et le condamné est inscrit au Fichier national des agresseurs sexuels (FIJAIS).

00000 Vernon

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Vernon - Dimanche 23 avril 2017

Vernon
Dim
23 / 04
14°/2°
vent 28km/h humidité 44%
Lun17°-2°
Mar11°-5°
Mer11°-1°
Jeu11°-1°

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter